Bannière

Le Seigneur est proche

Le temps est court. Du reste, c’est pour que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’en avaient pas… Je voudrais que vous soyez sans inquiétude. Celui qui n’est pas marié a le cœur occupé des choses du Seigneur, comment plaire au Seigneur… Je dis cela dans votre intérêt, non pour vous contraindre, mais en vue de ce qui est bienséant, et pour vous attacher au service du Seigneur sans distraction.
1 Corinthiens 7. 29, 32, 35
À propos du célibat (5)

Chers amis célibataires ou mariés

Nous désirons en effet nous laisser interpeller par ce qui est dit à ceux qui sont mariés dans le feuillet précédent. Comment enseignons-nous nos enfants, comment leur présentons-nous le célibat et le mariage, quel exemple leur donnons-nous ?

Dans les versets ci-dessus, Paul en parle en disant qu’il le fait “en vue de ce qui est bienséant”, c’est-à-dire l’heureuse réalisation de ce que Dieu a prévu pour les relations entre hommes et femmes en contraste avec le gâchis que le diable a introduit dans le monde, spécialement dans ce domaine. Mais Paul le fait aussi pour nous “attacher – célibataires ou mariés – au service du Seigneur sans distraction”. Est-ce bien cela qui est premièrement devant chacun de nous, et tout particulièrement aussi comme but à atteindre lorsque nous instruisons nos enfants ?

Pour que le Seigneur puisse nous montrer clairement sa pensée au sujet du célibat ou du mariage, ne veut-il pas placer devant nous premièrement qu’il désire que nous soyons ses disciples ? Il avait des paroles très fortes : “Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants… et même sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple… quiconque parmi vous ne renonce pas à tout ce qu’il a ne peut pas être mon disciple” (Luc 14. 26, 28, 33). Rester célibataire ou se marier ne peut se décider que si d’abord on a décidé de suivre le Seigneur, et pour cela de “renoncer à soi-même” (voir Matthieu 16. 24). On peut vouloir prolonger, au moins pour un temps, son statut de célibataire pour en profiter un peu pour soi-même. Décider de se marier peut être aussi, au moins en partie, pour réaliser ses propres désirs. Pourtant, notre Seigneur a donné sa vie pour nous et veut nous tracer un autre chemin à sa suite : “Vous n’êtes pas à vous-mêmes… car vous avez été achetés à prix !” (1 Corinthiens 6. 19, 20). Rester célibataire ou se marier, c’est en réalisant d’abord que nous appartenons – seul ou ensemble – à Celui qui a donné sa vie pour nous. Il pourra alors nous montrer ce qu’il a préparé pour nous – seul, à deux, ou en famille – pour sa gloire, et aussi pour notre bonheur (voir Marc 10. 28-30).

Un couple marié, aidé par le témoignage de plusieurs autres

×
Écouter
Écouter